Archive pour 23 novembre, 2008

le dernier maillon

Tu es là, tapi dans l’ombre
Tu attends ton heure,
Tu attends que je baisse la garde
Silencieusement, insidieusement tu guettes
je te connais bien à présent
Toi et moi combattons depuis longtemps
Tu connais mes faiblesses, je connais tes méthodes
Tu frappes au moment où ta proie est le plus vulnérable, par la où elle est le plus vulnérable
je sais ce que tu veux, Tu veux mon âme
tu en as eu d’autres avant moi, mais moi tu m’auras pas
je suis prévenue, je sais trop ce qu’il y a a perdre
j ‘ai vu de quoi tu es capable
il ya plus que ma propre âme en jeu,
il y a celle de mes enfants et celles de leurs enfants
mes prédécesseurs, tu les a eu par surprise
moi je me méfie de toi
je suis plus fortes qu’eux, je briserai le cercle vicieux
Sans moi , tu n’auras plus aucun
de ma survie dépend la leur
Je me connais , je sais mes points faiblesses Je les contrôle
tes paradis artificiels, tes leurres je les connais, ils ne m’attirent pas
Souvent tu as cru en ton heure
j’ai senti ton souffle glacé dans mon cou
tu m’as cru à terre, à ta merci
tu pensais pouvoir me donner le coup de grâce
tu t’es trompé
si tel un roseau, parfois je plie, ce n’est que pour mieux me relever
mes larmes ne sont pas mes faiblesses, elles sont ma force
c’est une lutte sans merci
une lutte à vie
je sais que tu ne t’avouera jamais vaincu
que tu reviendra à la charge
tu tenteras de te faire oublié pour mieux frapper par derriere , lachement
mais je ne t’oublie pas
je sais que tu es la encore et toujours
Je te hais
je te déteste
tu m’as deja tant pris
je ne te laisserai plus rien m’enlever
je ne te laisserai plus gâcher des vies
malgré toi je me suis construit
la haine que j’ai de toi m’a donner cette rage de te combattre
tu tremble
tu as peur
tu sais qu’il te faut m’asservir
me pas me laisser déchirer la toile que tu as tisser autour de ma famille
tu sais que plus le temps passe , plus tes chances s’appauvrissent
tu es mon compagnon de toujours
mon pire ennemi
notre lutte est sans fin
soit tu gagne mon âme soit tu perds a vie
c’est une lutte à mort
je suis prête
je sais comment en finir avec toi
juste résister
encore et encore
survivre
vivre
la vie est ton antithèse
Plus je vis plus tu dépéris
c’est ainsi que je protégerai ceux qui me suivent

Je serai le dernier maillon de la chaîne
après moi, tu ne hanteras plus les miens

Ses gens dans les salles d’attente …

Je sais pas pour vous, mais moi j’ai le chic pour me poser des questions donc je ne peux avoir la réponse, et qui fondamentalement de toute façon ne vont pas changé grand chose à ma vie.

Prenons une situation : un dimanche midi aux urgences. Ma fille est tombée sur la table bass, c’est eclater le coin de l’oeil, pas grand cose de grave , mais qui necessite d’être recousu

La salle d’attente est bondée. Normal c’est dimanche, plus de medecin de garde, au moindre bobos on file aux urgences.moi mêle si j’avais pu évité ce n’est pas là que j’aurais passé mon apres midi.

A l’interieur les box sont pleins, Y’a mêmes des gens sur des brancards dans le couloir.

Bref , pas le choix , il faut s’armer de patience et attendre son tour.

Dans la salle d’attente , un homme et un jeune en short, visiblement un footballeur . mauvaise reception lors du match du matin, et crac une belle entorse, du moins c’est ce qu’il espere , car pour en etre sur il lui faut attendre de passer à la radio

en face une femme avec son fils, il gémit, se plaint de douleurs abdominales, suspicion de crise d’apenticite

Il y aura aussi cet homme qu’on ne verra que passer sur un brancard en detresse respiratoire, suivi de sa femme et de sa fille et cette femme amenée en ambulance qui a fait un malaise chez elle

ensuite arrivera toute une famille, le père s’etait laisser tomber une citerne à eau sur le pied

puis cet homme qui ne se sentait visiblement pas tres bien

et d’autre encore et encore, la salle d’attente ne désemplie pas

Quand viendra notre tour finalement l’affaire sera plié en 10 minutes , le temps de lui faire 3 minuscules points.Et nous rentrons chez nous bien vite.

Mais finalement qu’en est t’il des ses personnes croisées dans la salle d’attente durant c’est presque 3 heures ? Le garçonnet etait toujours dans le couloir sur un brancard gémissant de plus en plus, en attendant de ses resultats d’analyse. Alors était-ce l’appenticite ou autre chose? Le footballeur s’en tire avec une entorse comme il le soupconnait, pendant combien de temps ne pourra-t-il pas jouer ? Le vieux monsieur va-t-il s’en sortir ? le père de famille a t-il le pied brisé ? Va-t-il etre platré ? Combien de temps va-t-il etre arreter ?

 

En discutant avec ces gens ils ont fait parti de ma vie durant 3 heures, et je suis rentrée en m’inquiètant un peu de la santé de chacun

La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Cadence infernale. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie
| lechatquifume